Pôle bruxellois des CHEFF

Foire aux questions

— Pourquoi un cercle « homo » et pas un cercle hétéro ?

Dans un environnement que beaucoup considèrent comme très tolérant, certain-e-s en viennent à interroger l’utilité d’un cercle LGBTQI (Lesbiennes Gays Bisexuels Trans* Queer Intersexué.e.s). C’est pourquoi il nous est arrivé à plusieurs reprises d’entendre la réflexion « tiens, bah moi je créerais bien un cercle hétéro ! » Ce genre de réaction, surprenante, découle de la méconnaissance de la situation réelle des personnes LGBT+, qui ont clairement besoin d’un encadrement spécifique susceptible de répondre à leurs attentes et qui sont à la recherche d’un espace de discussion, de fête et de vie qui tienne compte de leurs différences. Tout le monde n’en a pas besoin, mais l’expérience prouve que même en 2016 il reste encore beaucoup de chemin à faire pour lutter contre les injustices, le rejet familial ou amical et les réflexions innocentes mais blessantes, entre autres. Le CHE vise à fournir aux étudiant-e-s LGBTQI de Bruxelles une structure qui se positionne parallèlement au ‘milieu gay’ – vu par d’aucuns comme un ghetto – mais reste très au fait des problématiques liées aux questions LGBT+. Bien sûr, au-delà de cette mission sociale indispensable, qui vise à donner à une minorité importante une structure d’accueil et de rencontres, le CHE reste avant tout un lieu de fête, de diversité et d’engagement.

— Le CHE organise-t-il des TD et des baptêmes ?

Lorsque les étudiant-e-s entendent « cercle », ils pensent tout de suite à une variété très spécifique d’associations étudiantes : les cercles folkloriques. Ceux-ci (comme le CPS ou le Cercle Solvay) ne forment en fait qu’une faible proportion des cercles de l’ULB, mais ce sont eux qui charrient de loin le plus de membres et qui ont la plus grande visibilité. Le CHE appartient à une autre catégorie : les cercles à vocation sociale ou culturelle. Nous n’organisons donc pas de TD ni de baptême.

— A quoi ça sert, un cercle LGBT ?

Avant tout, à accueillir les personnes LGBTQI en leur donnant un espace de rencontre et de discussion. Les étudiant-e-s en charge du CHE sont très impliqué-e-s dans le milieu LGBT+ bruxellois et peuvent donc aisément renseigner les nouveaux-nouvelles arrivant-e-s sur les pièges à éviter tout comme sur les endroits à fréquenter absolument ! Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si une proportion importante des gens qui fréquentent le CHE se compose d’étudiants Erasmus. Mais le CHE ce n’est pas que ça, il s’agit également de participer à des partenariats avec de grandes associations telles que Amnesty International pour s’engager dans la défense des droits LGBTQI aux quatre coins du monde ou s’impliquer dans la prévention Sida avec, en 2016, Sida’sos et le Swim4Life.

— Quelles sont les principales activités du C.H.E. ?

Nous avons évidemment des activités récurrentes qui font partie de la tradition du CHE ! Tous les deuxième jeudis du mois, nous tenons la Maison arc-en-ciel, un bar associatif situé au cœur du quartier gay de Bruxelles, dans la rue du Marché au Charbon. Le bowling, le karaoké, le marché de Noël, la soirée vins-fromages, les jeux de société ou la tournée des bars font également partie de nos rendez-vous immanquables !

— Comment fonctionne le C.H.E. ?

Le Cercle étudiant LGBTQI est une association de fait reconnue par l’Université libre de Bruxelles et adhérant aux principes de cette dernière, notamment le Libre Examen. Il est géré par un comité élu chaque année par l’Assemblée générale. Son fonctionnement et ses objectifs sont définis par ses statuts.